Ensemble Pas Ensemble

Création 2017

Lecture-concert transportable partout …

Dix ans après sa création, nous voulions réinterroger le fondement de la compagnie, remettre notre travail et les deux artistes associés au centre du plateau et de la création. Dix ans, c’est suffisant pour ne plus avoir la même façon d’être ensemble. Pendant ce temps là, comme pas mal d’autres gens, nous avons grandi, peut-être même vieilli. Qu’avons-nous perdu, qu’avons-nous gagné ? Quel héritage ? C’est ce nouveau point de vue que nous voulions confronter au noyau d’origine.

Le couple

Au départ, chacun est de son côté. Et puis il y a la rencontre. N’est-ce pas ce que l’on cherchait éperdument ? L’autre ? Cette fabuleuse vertu ? Cette puissance ? Et maintenant ? Qui est l’autre ? Que désire-t-on que soit l’autre ? Un reflet ? Une solution ? Un sexe ? Un animal de compagnie ? Le couple consiste-il à se sauver de la solitude et donc de la mort ? Rencontrer l’autre pour se rencontrer soi ? Pour mieux s’oublier ? Pour s’illusionner ? Pour se sentir moins petits sous les étoiles, pour moins mourir finalement ? Quelle chimie, quelles parois, quels territoires, quelles politesses ? L’autre est-il une femme, un homme, ou simplement un rêve ?…Beaucoup de questions…Rencontrer l’autre c’est aussi le quitter, fatalement, à un moment ou un autre, partir. Être seul (e), à deux, être à nouveau seul(e)…Il faut bien traverser son époque et l’équipage flottant que constitue chaque vie reste un mystère. Heureusement !

Il y a Elle, il y a Lui. D’abord dans un contexte de rencontre, de fulgurances, d’identification. Et puis le temps de la passion passé, la cellule se stabilise, redevient plus réelle ; les deux « héros » se regardent alors, jaugent leurs forces, leurs avantages, leurs indiscutables faiblesses. Tandis qu’Elle représente une forme de stabilité, de socle – la Terre – on le surprend Lui à porter des valises, de plus en plus de valises – c’est l’élément aérien, voire de compagnie aérienne…Il fera des tentatives de départ, cachées, métaphoriques, idiotes aussi : partir loin, partir près … Finalement, il partira comme on part tous, appelé par la mort (les précédents départs n’étaient-ils faits que pour apprivoiser celui-là ?) et ils auront l’un et l’autre l’élégance de célébrer ensemble et plutôt joyeusement cet instant, où le corps de l’un des deux devient un corps de cendres. Il n’y a pas d’histoire en tant que telle, plutôt une série de situations qui forment un tableau évolutif et vivant autour du couple, de ses débuts à sa fin, comme une flaque que l’on regarde et qui s’agrandit peu à peu pour devenir un lac sur lequel on se surprend à flotter.

Musique et écriture

Parce que la langue possède une musicalité importante, nous la confrontons avec le violoncelle, dont on dit que c’est l’instrument de la voix humaine. Gaëlle Costil crée un univers musical en maniant un traitement sonore électrodynamique.  Autour de boucles samplées, la chaleur du timbre  de son instrument guette les mots, les respirations et convoque un matériau d’inspiration organique, permettant aux voix humaines de sortir du champ de la parole pour s’aventurer à la lisière du chant. Parler/chanter, poésie/parole, elle/lui, voix acoustique/voix amplifiée : chaque fois deux mondes distincts qui glissent l’un vers l’autre pour en créer un troisième, totalement nouveau. On appelle ça un voyage. On appelle ça aussi un enfant.

Générique :

Texte : Jean Cagnard
Conception : Catherine Vasseur et Jean Cagnard
Musique : Gaëlle Costil
avec Jean Cagnard, Gaëlle Costil (violoncelle) et Catherine Vasseur
Régie : Sonya Perdigao
Administration/diffusion : Marie Guillle
Graphisme-communication : Axelle Carruzzo

Production :

Compagnie 1057 Roses

Contact :
06 10 02 20 40 adminstration@1057roses.com

Soutiens :
DRAC Occitanie
Région Occitanie
Département du Gard
CGET
Alès Agglomération

Création septembre 2017 aux Salles du Gardon chez l’habitant et à Lourdes (Palais des Congrès) dans le cadre des Journées Magiques

Plaquette Ensemble Pas Ensemble